Les humains·Tendances

Pokemon Go! (home?)

Ça y est. La France est enfin devenue un pays civilisé. The Pokémon company nous a enfin autorisé à rejoindre la liste déjà longue des nations autorisées à bénéficier de la réalité augmentée pour l’application historique la plus ambitieuse jamais envisagée: chasser des Pokémon ! Ceux des versions bleu, jaune et rouge à priori, donc un concept qui date de 20
ans.

Mais derrière cette présentation ironique et au premier abord simpliste se cache effectivement un projet ambitieux. Après tout, lorsqu’on dit qu’un éléphant a accouché d’une souris, qui s’est déjà posé la question de la performance médicale qui mènerait à un tel résultat?
Pokémon Go, en premier lieu, c’est l’utilisation d’une cartographie mondiale pour l’adjonction de lieux-clés (pokestops, arènes) et de personnages: ce n’est pas un monde procédural, ce n’est pas une carte de quelques kilomètres voire quelques dizaines de kilomètres de large, mais un monde fini, évolutif, sphérique, de 510 100 000 km² !
Donc oui, c’est bien une entreprise colossale, même pour le plaisir simple de ramasser de petites bestioles plus ou moins kawai et de faire un jeu de piste urbain et rural. Et oui c’est bien une révolution.

Jusqu’ici la réalité augmentée était surtout un nom pour l’utilisation des affichages tête haute: l’affichage d’informations en superposition sur le champ de vision d’un individu étant un outil utile dans des applications diverses, industrielles, militaires ou automobiles. Des monocles high-tech qui rappellent fortement les « dispositifs » de toriyama, des smart-phones du futur comme les google glass, et des projets plus ambitieux comme des pare-brises capables d’effacer les images parasites pour le conducteur. Mais le jeu en réalité augmentée demande une débauche de moyens qui ne lui permet à l’heure actuelle qu’un domaine restreint de jeux, et Pokémon Go est une des meilleures façons de l’aborder. Surtout avec cette universalité et la possibilité de jouer partout.
Au-delà du défi technologique, pensons à l’ordre publique. Imaginez un doom-like en réalité augmentée: soit je ne peux jouer que dans un terrain donné, et dans ce cas, autant construire un terrain de laser tag ou de paint-ball, soit il faut s’attendre à voir débarquer dans la rue des nuées de joueurs, pistolet laser à la main, mitraillant leurs semblables et les passants en quête du plus gros score.

L’ordre public, il en est beaucoup question justement ces derniers temps: intrusions dans des propriétés privées, jeu au volant, et forcément accidents. Pokémon Go disent ses détracteurs est une source de comportements à risque. Certes. Mais au final, ces pauvres victimes comprennent une part de malandrins qui ne respectent pas les régles de leur société (oui, pokémons ou pas, entrer chez un particulier est une violation de domicile, entrer sur une base militaire un délit, utiliser le portable au volant une infraction au code de la route), et en cela, quelle différence entre pokémon go et l’oubli d’un ballon ou la présence d’une piscine comme motivation à devenir larron? Quant aux autres, certes, il y a parfois la faute à pas de chance, ne serait-ce que le fait de croiser la route d’un chauffard alors qu’on était soi-même bien respectueux et qu’on ne demandait rien à personne, mais on retrouve surtout les acidents dus à l’inconscience et à au manque de jugement ou d’attention dont font souvent preuve les humains: marcher en bord de route focalisé sur son portable, les écouteurs dans les oreilles, quelque soit le programme ce n’est pas un bon plan. Lâcher ce qu’on fait sans s’interroger une seconde sur la pertinence pour regarder son téléphone, ce n’est jamais anodin non plus.
Quoi qu’il en soit, c’est à nous qu’il appartient de veiller à notre intégrité et de se souvenir que notre attention, dés lors qu’elle est focalisée sur une tâche précise, est bien souvent incapable de percevoir son entourage (a moins peut-être de bénéficier d’un état de perception élargie, ou alors que nos systèmes de réalité augmentée soient un jour capable de suppléer à leur tour cette fonction?)
Dans tous les cas, un jeu reste un jeu. Et s’il nous repose, il n’est que bénéfique… à condition de raison garder et de ne pas en faire une obsession au détriment de ses autres fonctions cérébrales et vitales.
Sur ce je vous laisse, un Rattatac vient d’apparaitre au bout de mon jardin!

Publicités